Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/11/2009

L'horeca et le travail au noir

Il faut mettre fin à cette plaie de notre économie et de notre vie en société.

Notre filleule, anversoise, nous rend visite cette semaine, elle a 20 ans, et désire se faire de l'argent de poche : elle est engagée, au noir, dans un restaurant, touche 6,25 € de l'heure pour travailler en fin de semaine de 18.00 à 24.00 !

Lorsque je lui demande si elle comprend bien ce qu'elle fait, elle me dit que "les patrons" la disent assurée en cas d'accident du travail...

Je sais que cela est impossible, mais ne veut pas m'entendre.

Ce même restaurant emploie encore une autre jeune fille, au noir également, et, tenons-nous bien, le chef en second est un étudiant en informatique, payé au même "barème", et également au noir....

Je suis révolté : le secteur de l'horeca reçoit des cadeaux de Monsieur Reynders, et Rien ne changera. J'habite un endroit touristique, les restaurants et hôtels emploient des employé(e)s déclarés, sans oublier de les payer au noir également, ils emploient des illégaux également. Dans certains hôtels, ces illégaux dorment ensemble dans une cave... Et nous habitons un paradis....

Lorsque l'inspection du travail fait son "travail", il s'agit toujours des mêmes personnes, garant leur voiture toujours au même endroit, afin que les téléphones puissent fonctionner, que les cartes soient "en règle", et que les illégaux puissent sortir par des portes arrières.

Il faut que cela cesse !

Il faut que ce secteur soit secoué, contrôlé sans cesse, il faut que tout aliment utilisé puisse être validé par une facture d'achat : les "foires au vins" en France sont dévalisées par l'horeca belge, lors de la soirée accordée aux clients "privilégiés". Et j'en passe, achat d'autres produits aux Pays-bas, en France, il faut que les cadeaux offerts par une certaine marque d'eau, qui vise à assécher le débit de notre eau belge, rouge ou bleue, cesse. Devrons-nous en venir à la délation, allons-nous devoir en venir à donner la main à ces "inspecteurs" ?

Pendant ce temps, nous payons nos contributions, comme des prisonniers à mort, obligés de déposer la tête sur le morceau de bois qui recevra la hache et notre sang, obligés de payer avant le 31 décembre, afin que notre pauvre épargne ne puisse rester et rapporter de l'intérêt, jusqu'au premier janvier...

Nous vivons dans un pays de cocagne, rogné par tous ces mauvais payeurs, qui ne participent pas au bien commun. Il faut que cela cesse, j'espère que ce nouveau parti qui se dessine à l'horizon osera secouer les cocotiers....

 

05/01/2009

Où l'on reparle de la tva à 6% sur les nouvelles constructions

Cela ne peut plus durer des jours, voilà le titre du Standaard de ce jour :

Le DG de la confédération flamande de la construction a des soucis : il est submergé de courriels et de coups de téléphone.

Pauvre de lui : en effet, en date du 1er janvier, les premiers 50.000€ seraient taxés à raison de 6% au lieu de 21%.

Patatras : le gouvernement est tombé, et l'A.R. n'est pas (encore) prêt. Mais le plus succulent suit : pourquoi tant de panique ? Parce que des magouilleurs (clients et entrepreneurs) ont décidé de remettre les paiements dûs au cours de 2008 au mois de janvier 2009, afin de profiter de la réduction. Le résultat est qu'il y a un problème de liquidités.....Et qui dit problème de liquidités......

De deux choses l'une : soit le secteur de la construction a des problèmes (demande des 6% accordé), et il ne lui est pas possible d'accepter d'attendre les paiements, soit le secteur se porte bien, et peut suspendre des rentrées.

A lire cet article, le secteur se porte bien, puisqu'il a consenti à attendre, et les 6% n'étaient pas nécessaires. Mais les promesses électorales sont là, et il faut faire plaisir à ses électeurs, n'est ce pas Monsieur le Ministre des Finances.

Allez, quand le bâtiment va, tout va! Ouf...

 

29/05/2008

Flandre : 25 % du travail se fait au noir !

"Eén op de vijf klussen in huis in het zwart

   

Per jaar besteedt een gemiddeld Vlaams huisgezin liefst 2.020,40euro aan het onderhoud van de woning. Eén vijfde van die som gaat naar zwartwerk of naar doe-het-zelfwerk. In werkuren is het aandeel zwartwerk in het woningonderhoud bijna één vierde.

'Het onderhoud van de woning is een zwaar onderschatte economische sector. Daar gaat enorm veel geld om. Als een gezin gemiddeld 2.020euro per jaar uitgeeft aan het onderhoud van hun huis en als je weet dat er in Vlaanderen 2,4miljoen huishoudens zijn, dan besef je dat die sector ongeveer 50miljard euro waard is', zegt professor Stef Adriaenssens in een studie die vandaag wordt voorgesteld in Leuven. 'Maar de mogelijkheid tot formele uitbesteding aan een aannemer die in het wit werkt, wordt zwaar onderschat.' Kleine onderhoudswerkjes aan het huis worden 'in het zwart gedaan'. Alleen voor grote complexe werken wordt een beroep gedaan op een aannemer.

Per jaar klust de gemiddelde Vlaming zowat vier en een half uur aan zijn huis. En werkt een zwartwerker ongeveer vijf en een half uur in zijn huis. Een 'echte' aannemer is gemiddeld bijna 15uur per jaar bezig in je huis. Dat blijkt uit cijfers van een onderzoek dat Stef Adriaenssens deed bij 240Vlaamse huisgezinnen.

De hoger opgeleide Vlamingen besteden relatief het meest aan het onderhoud van hun woning. Twintig procent ongeveer van dat bedrag gebeurt in het zwart. 'Het merkwaardig is dat mensen met een beroepsopleiding eigenlijk het meest gedisciplineerd zijn tegenover de fiscus', zegt Adriaenssens. 'Iemand met een beroepsopleiding is immers handig en zal dus zelf veel bijklussen. Zij geven relatief het minst uit in het zwart.'

De bouwsector onderschat het belang van het onderhoudswerk in huis. 'Men denkt dat de bouwsector vooral bezig is met nieuwbouw. Maar volgens de laatste cijfers gebeurt de helft van het werk in reeds bestaande huizen', zegt Adriaenssens. (jlo)" DS 29_05_08

Ne faut-il pas cesser de jouer à ce vilain jeu ! 25 % des travaux effectués chez les particuliers se font au noir.
N'est ce pas là le premier travail de Monsieur Reynders, et autres ministres fédéraux ou régionaux ?  Il faut  combattre  ce système, et cela ne se fait pas derrière un bureau, mais sur le terrain ! Vous rendez-vous compte du manque à gagner. D'autre part, la manière de travailler est étrange : il serait plus rentable que les "inspecteurs" ne soient pas de la région concernée : ici, ils se garent toujours au même endroit, empruntent toujours la même voiture, et sont toujours représentés par les mêmes personnes : je peux vous dire que lors de leur arrivée, les téléphones virent au rouge dans tous les commerces, et sur les chantiers. D'autre part, trouvez-vous "normal", que des amendes de 60.000 €, puissent, après une entrevue, passer à 12.500 €? Moi, je n'y crois pas. Il faut que cela change, habitant une cité balnéaire, et connaissant plusieurs horeca, je peux vous dire que l'argent noir coule à flots, dans tous les sens, et que nous, handicapés, devons restituer plus de 50% de nos indemnités.

Je pense que quelque chose doit changer .....

 

Frdefl,

Knokke,  le 29 mai 2008