Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/09/2009

Recticel, Fortis....

Notre pays est encore une des seules royautés où le Roi peut accorder des faveurs nobiliaires.

Je remarque que, bien souvent, s'agissant de capitaines d'industries (ceux qui travaillent avec leurs propres capitaux), ou de matelots d'industries (ceux qui utilisent l'argent de la société qui les emploie), certains apparaissent de plus en plus souvent dans les grands titres de la presse, et peuvent s'attendre à passer un très mauvais quart d'heure au Palais, au Palais de Justice j'entends...

Pourquoi donc, lorsque il y a preuve de malversation(s), les titres et faveurs nobiliaires ne sont pas considérés comme nuls ? Ces personnes méritent-elles encore de porter un titre de noblesse ?

Pour ma part, non et non.

Ils ne représentent plus les idéaux tant recherchés, mais le Roi peut-il, ose-t-il, agir de la sorte ?

26/07/2008

Vacances, vous dites bien "vacances" ?

Nos politiciens vont un peu trop loin : nous sommes dans l'attente d'une heureuse (?) nouvelle, et ils décident d'arrêter le tout, vacances obligées ...

Mesdames, Messieurs, Vous ne pouvez laisser le pays dans "l'Etat" qu'il se trouve ! Vous devez continuer à chercher à aider la population !

Vacances, j'oublie tout, rien à faire du tout ! Mais soyez gênés, ne fut-ce qu'envers les millions de Belges qui ne peuvent s'offrir de vacances, ne fut-ce qu'envers des petits bouts de huit ans, qui n'ont pas encore vu la mer, et qui ne la verront pas cette année ! Vous prétextez d'une Année chargée, allons, allons, mettez-vous dans la peau des agriculteurs par exemple.

Le prétexte Royal, ne me plaît pas vraiment : en voyant le nombre de vols "privés" du Roi et de son épouse, transportés à titre gratuit, il me fait mal qu'il ne leur est pas possible de rester au Pays : qu'ils amarrent  leur nouveau yacht au port de Blankenberge, ou de Nieuport, et qu'ils restent ici, ce ne sont pas ces quelques jours ...Le drapeau royal a déjà assez flotté sur le palais en l'absence de son occupant, alors, pourquoi pas ne pas rester en Belgique, ou, s'ils le préfèrent, dans une villa que leur prêteront avec plaisir les nouveaux venus, et autres, dans la longue liste nobiliaire, qui s'est bien allongée depuis l'accession au trône de Sa Majesté le Roi des Belges (et non de Belgique!) Albert II.  

Et que l'on ne me parle pas des nouveaux moyens de communication, car c'est, et ce sera : "Vacances j'oublie tout, rien à faire du tout".

Pauvre B ...

Le Bec Hellouin, le 26 juillet 2008

25/12/2007

Le discours du Roi

Le discours du Roi a pu être enregistré ce vendredi passé. Ouf!

Grâce à ce nouveau "gouvernement", Sa Majesté le Roi a pu parler de sa (notre) chère Patrie.

Néanmoins, un passage risque fort de faire du bruit, que dis-je, de faire du tort :

" "Dans notre histoire il y eut certainement des injustices collectives. Il importe de surmonter ces blessures et de tout faire pour favoriser l'entente afin de construire ensemble un avenir commun."

Les injustices collectives, il y en a eu, et surtout, à tous les niveaux de notre jeune démocratie :

ne risquons nous pas de voir s'éveiller, et surtout, de voir revendiquer toute une kyrielle d'individus, de mouvements, s'étant, ou se sentant exclus.

Pour commencer, pensons aux travailleurs, qui, j'en suis persuadé, peuvent se retrouver dans cette phrase ; pensons aux retraités, qui eux aussi peuvent s'y reconnaître.

Pensons à la Question Royale, n'a-t'elle pas vu une collectivité entière se sentant exclue ? N'en porte-t'elle plus les stigmates ?

Pensons à "l'impossibilité de régner" de Sa Majesté le Roi, je pense qu'une collectivité s'est sentie, et se sent encore baffouée.

Pensons à l'Enseignement, une partie de la collectivité se sent injustement traitée.

Pensons à la régionalisation du Royaume, ne pensez-vous pas qu'une partie de la collectivité s'est vue injustement traitée .

Pensons à ce "problème" linguistique, qui divise de plus en plus notre pays, plusieurs collectivités se sentant injustement traitées.

Suivant les périodes, certaines collectivités linguistiques se sont, et se sentent, injustement traitées.

Il faudra travailler, des membres de notre famille royale, aux plus simples de nos concitoyens....

Je doute, je doute, .........

 

Knokke,

Le 25 décembre 2007