Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2008

Le chemin oecuménique

in Wikipedia :

"Le protestantisme est resté longtemps muet à propos de Marie. C'est à partir du dogme de l'Immaculée Conception en 1854 puis de celui de l'Assomption en 1950 que se creuse à nouveau l'écart avec le catholicisme. Il dénonce le culte rendu aux saints, et en particulier le culte marial catholique.

Pour la plupart des protestants, Marie était vierge avant la naissance de Jésus, mais a eu d'autres enfants, les frères et sœur de Jésus cités dans les Évangiles en Mc 6, 3. Ce n'était pas, cependant, la conviction des premiers réformateurs."

 

 

"La mission de l'Eglise implique l'œcuménisme (Zenit)

Le Pape soulignait combien cela fait partie intégrante de la « mission évangélisatrice de l'Eglise » : elle passe « par le chemin œcuménique, le chemin de l'unité de la foi, du témoignage évangélique et de la fraternité authentique ».

Le pape a également donné rendez-vous à tous à Saint-Paul-hors-les-Murs, où il conclura la Semaine de prière comme chaque année, vendredi prochain 25 janvier, par la prière des vêpres solennelles « pour demander à Dieu le don précieux de la réconciliation entre tous les baptisés ».

En français, le pape lançait cette invitation : « J'invite tous ceux et celles qui, par le baptême, partagent la foi dans le Christ Jésus et les communautés chrétiennes à vivre intensément ce rendez-vous spirituel annuel et à implorer de Dieu le don de la pleine unité de tous les disciples du Christ. Que la Vierge Marie nous aide sur le chemin de l'unité »."

Lorsque je vois les deux phrases que j'ai soulignées au début du texte, je me pose des questions :

En lisant ces deux extraits,  en début de la Semaine de prière, et ayant assisté hier au "culte oecuménique", en présence d'Orthodoxes, d'Evangélistes, de Protestants et de Catholiques, je me suis rendu compte, de la difficulté de l'exercice, j'avais l'impression de participer à un culte "puzzle" : un peu de ceci, un peu de cela, et en fin de compte, je suis resté sur ma faim...

Oh oui, les fidèles étaient "en forme", les chants communs, les prières communes, tout cela était très sympathique. Mais ...

Mais je me demande si l'exercice existe également au niveau du Catholicisme,  où les nombreux courants existent, où je ne vois pas réellement de rapprochement...

Pourtant, ne devrait-on pas d'abord un effort au sein de sa propre communauté catholique ?

Je prends l'exemple d'une Abbaye que nous fréquentons :

le jeudi soir, à l'heure des Complies,  se réunissent, en un autre local, les membres du Renouveau Charismatique.

Pourquoi ne participent-ils pas d'abord aux Complies ?

Ce n'est là qu'un seul petit exemple, mais qui en dit long. 

Je ne sais que penser de tout cela, et espère que le l'Esprit Saint me, (nous) guidera, et m' (nous) aidera chaque jour dans mon (notre) cheminement intérieur,

 

Knokke,

Le 21 janvier 2008 

24/12/2007

Je suis écoeuré

"Le Christ serait-il né

mille fois à Bethléem,

s'il ne naît pas en toi,

c'est en vain qu'il est né"

                             Angelus Silesius  
 

 

Je suis écoeuré,

J'entends une émission, et le thème en est Noël.

Avant de poser la question de savoir en compagnie de qui les auditeurs vont se rassembler ce soir, et où, la question principale est la suivante : "Combien dépenserez-vous ce soir ?"

Quelle question odieuse, certainement en entendant la  moyenne "atteinte" par un ménage : plus de 500 €.

Vous m'en excuserez, mais cela me rend triste : la fête de Noël, qui commémore le moment où l'Enfant Jésus vit le jour, est réduite à une notion d'achat. Comment osons-nous, comment osons nous être "fier" de réduire cet événement à cette bassesse ? Dépenser pareille somme ? Cela représente plus de 20.000 francs belges ! Où allons-nous ?

Qu'est ce donc que ce peuple, qui dépense, parfois sans comprendre dans quelle difficulté cela pourra le mettre ?

Sommes-nous obligés de dépenser pour exister ?

La Fête de Noël, ne se résume-t-elle pas à un moment, Le moment où l'Enfant Dieu paraît, paraît pour nous, pour nous sauver.  Et voilà que nous réduisons ce moment en un pécher, pécher de gourmandise, pécher d'orgueuil : à qui le plus beau cadeau, à qui la table la mieux fournie ?

Et pendant ce temps, pendant ce temps, certains de nos concitoyens meurent, meurent de froid, meurent de faim, meurent de solitude, meurent seuls....Seuls, le mot est lancé, oui, pendant que nous fêtons, le voisin est peut-être seul, depuis quand ne l'avons-nous plus vu, depuis quand ne l'avons-nous plus abordé. Que fait-il ce soir ? Le savons-nous ? Pire, cela nous intéresse-t'il ? Où est le temps, le temps où, lors de la Fête de Noël, un couvert supplémentaire était dressé, au cas où...

Ce temps me semble éloigné, noyé dans cette société qui a placé, non Dieu au centre, mais l'Homme.

Profitons de ce beau moment qu'est la fête de Noël, pour nous poser des questions, sans avoir peur d'y répondre, sans avoir peur d'y songer. 

  Cette nuit, un petit homme naîtra, qui nous aimera. Suivons le, ce n'est pas simple, mais tentons de le suivre, de l'écouter.

 

Frdefl,

Le 24 décembre 2007,

Knokke 

 

 

 

 

16:25 Publié dans NOEL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noel, fete, dieu, jesus, homme, religion, argent

02/07/2007

UCL / KUL et Vatican

L'on parle bien peu du danger qui plane sur le caractère de ces deux universités catholiques, et pourtant, Rome se pose des questions sur l'utilité des lettres C & K dans l'intitulé de nos deux institutions....

En effet, nos deux universités pratiquant la fécondation "in vitro", Rome semble avoir des difficultés à reconnaître encore le mot "catholique".

Certains Evèques ne comprennent pas cette position, d'autres se taisent...

Il est rare que je m'emballe sur ces questions, mais si le Vatican éprouve des difficultés avec nos universités (tout comme ce fut le cas avec Nimègue), il me semble que là, Rome va un peu trop loin : ces derniers mois, certaines prises de position ont étonné ces catholiques, dont je me revendique. Si Rome continue à fermer des (ses) portes, nous allons droit dans le mur. Il ne m'étonnerait pas que le Pape, que je respecte, se sentirait mieux avec moins de catholiques, mais plus de catholicité, terme défini par le Pape dans différents de ses actes.

Les deux universités dont je parle représentent, me semble-t-il, les différents courants qui font la richesse de notre Foi.

Si le Vatican estime devoir recevoir les représentants de nos universités, je me demande ce qu'il se passe dans notre bon pays : malgré la séparation des pouvoirs, le Nonce Apostolique aurait-il déjà "invité" nos dirigeants ?  Le mariage homosexuel, par exemple, reconnu dans notre pays, ne pose-t-il pas problème aux Eminences ? Il s'agit là d'un cas qui doit bien poser des problèmes au Vatican, et l'Espagne, la Grande Espagne Catholique, doit également poser bien des problèmes...

Au vu des problèmes qui se posent, et touchent notre Nation, ne serait-il pas bienvenu, ou ne faudrait-il pas que nos autorités invitent le Nonce à venir parler des prises de position de Rome, n'est-il pas un diplomate ?  Nos universités ne sont-elles pas subsidiées par l'Etat. Une institution, présente en Belgique depuis, me semble-t-il le 14ème  ou 15ème  siècle,  ne doit-elle pas être défendue ?

Enfin, sachez que le catholique que je suis, ainsi que mon épouse, avons fait appel à la fécondation in vitro, voilà bien 14 ans, et sans succès. Ce fut pour nous une épreuve supplémentaire, mais qui nous a encore plus soudé. Mais, si un (ou plusieurs) petit et frais minois avait fait son apparition dans notre foyer, sachez qu'il aurait été reçu et accueilli comme si de rien n'était, oh oui, nous avions tout prévu, dans notre tête du moins, il serait devenu scout marin, nous lui aurions inculqué notre tradition chrétienne, et aurions tout fait pour que son Esprit se développe, avec, comme but premier : recevoir et accueillir l'Autre, dans ses similitudes et différences ! Ce bonheur ne nous a pas été "accordé, mais cela nous a aidé à ouvrir nos yeux, à aider ces petits, qui eux, n'ont pas eu la chance de naître dans un foyer rempli de bonté.

J'espère que ces petits mots feront comprendre aux donneurs de leçon, que le Monde est Grand, que la Différence fait notre Richesse, et que l'Amour est base de notre société, du Nord au Sud, et de l'Ouest à l'Est !

Frdefl