Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2008

Pourquoi pas ?

Ce dimanche, le N-VA appelle les autres partis et leurs leaders à laisser tomber l'ambition d'être un homme d'Etat belge ...

Nous pourrions prendre ce Monsieur au mot, et remplacer toute cette ribambelle flamandisée à outrance, par de nouveaux, et jeunes, hommes politiques flamands, ayant l'ambition de devenir des Hommes d'Etat en notre  pays de cocagne !

Mais je pense que ceci n'est qu'un rêve, rêve de tolérance entre hommes de bonne volonté, qui sait .....

24/07/2008

Bruxelles, et le N.VA veut nous l'enlever !

"C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps où Bruxelles bruxelait

Place de Broukère on voyait des vitrines
Avec des hommes des femmes en crinoline
Place de Broukère on voyait l'omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le cœur dans les étoiles
Y avait mon grand-père
Y avait ma grand-mère
Il était militaire
Elle était fonctionnaire
Il pensait pas elle pensait rien
Et on voudrait qu'je sois malin

C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps où Bruxelles bruxelait

Sur les pavés de la place Sainte-Catherine
Dansaient les hommes les femmes en crinoline
Sur les pavés dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le cœur dans les étoiles
Y avait mon grand-père
Y avait ma grand-mère
Il avait su y faire
Elle l'avait laissé faire
Ils l'avaient donc fait tous les deux
Et on voudrait qu'je sois sérieux

C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles dansait
C'était au temps où Bruxelles bruxelait

Sous les lampions de la place Sainte-Justine
Chantaient les hommes les femmes en crinoline
Sous les lampions dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le cœur dans les étoiles
Y avait mon grand-père
Y avait ma grand-mère
Il attendait la guerre
Elle attendait mon père
Ils étaient gais comme le canal
Et on voudrait qu'j'aie le moral

C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps où Bruxelles bruxelait"

Et le brunâtre veut changer tout cela ..."'T was in den tijd dat" ? Et quoi encore ! Trop is te veel, je sais, je sais, la Belgique à papa a vécu, mais je sais aussi qu'on ne sait jamais !

 

Le Bec Hellouin, le 24 juillet 2008 

24/05/2008

Au Pérou ? Au pays du silence ? Au pays du GPS ?

Me revoilà, la santé n'étant pas au rendez-vous, je préférais arrêter quelque peu l'écriture, mais c'est décidé, je m'y remets. 

Certains voient en notre Premier Ministre un personnage de Tintin, je le comprends !

Mais en voyant l'inulité de cette rencontre d'hier, grand déploiement pour peu de résultat, je suis plutôt tenté de faire référence à un film : "Y-a-t'il un pilote dans l'Avion Belgique ?"

Quelques mesurettes, et plan de route, voilà tout, voilà tout ce que notre gouvernement est capable de nous présenter...

Pendant ce temps, la Belgique ne se porte pas vraiment bien, et les Belges non plus...Voici deux semaines, je vais chez le verdurier : une laitue coûte 1,75 €, c'est à dire 70 BEF ! Non, nous allons droit dans le mur : L'Energie, et surtout son coût, vont nous ruiner.

Pourquoi n'étudie-t-on pas, au niveau fédéral, un système d'aides qui nous obligerait presque à passer à l'énergie verte ? Electrabel ?

Je désire m'équiper de panneaux solaires : impayables ! Alors que cette énergie est là, pour nous, c'est le soleil qui nous maintient en Vie ! Moins de'émissions de CO2, une planète plus propre, et une énergie gratuite. Qu'attendons-nous ?

Nous sommes dans un système qui frôle la folie : un peu de tout pour tout le monde (ou presque), mais en fait, RIEN, RIEN ET RIEN. 

Encore 50 jours, ou plutôt, plus que 50 jours,  une feuille de route, et un grand mur. Un grand mur, ou, un beau labyrinthe en buis, haut assez pour ne pas se voir, ou se sentir, et attendre, attendre comme Jeanne d'Arc, ou comme Soeur Anne, il n'y aura toujours rien, plus emprêtrés que jamais dans le communautaire, dans la gadoue, et tout cela, à cause de deux petits partis, ne représentant rien au niveau fédéral, mais tellement importants au niveau régional, et, demandez le à Monsieur Kris Peeters, le régional règle le fédéral, non ? "Geen vooruitgang, geen centen"

Pauvre B...

Frdefl,

Knokke, le 24 mai 2008