Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/11/2009

L'horeca et le travail au noir

Il faut mettre fin à cette plaie de notre économie et de notre vie en société.

Notre filleule, anversoise, nous rend visite cette semaine, elle a 20 ans, et désire se faire de l'argent de poche : elle est engagée, au noir, dans un restaurant, touche 6,25 € de l'heure pour travailler en fin de semaine de 18.00 à 24.00 !

Lorsque je lui demande si elle comprend bien ce qu'elle fait, elle me dit que "les patrons" la disent assurée en cas d'accident du travail...

Je sais que cela est impossible, mais ne veut pas m'entendre.

Ce même restaurant emploie encore une autre jeune fille, au noir également, et, tenons-nous bien, le chef en second est un étudiant en informatique, payé au même "barème", et également au noir....

Je suis révolté : le secteur de l'horeca reçoit des cadeaux de Monsieur Reynders, et Rien ne changera. J'habite un endroit touristique, les restaurants et hôtels emploient des employé(e)s déclarés, sans oublier de les payer au noir également, ils emploient des illégaux également. Dans certains hôtels, ces illégaux dorment ensemble dans une cave... Et nous habitons un paradis....

Lorsque l'inspection du travail fait son "travail", il s'agit toujours des mêmes personnes, garant leur voiture toujours au même endroit, afin que les téléphones puissent fonctionner, que les cartes soient "en règle", et que les illégaux puissent sortir par des portes arrières.

Il faut que cela cesse !

Il faut que ce secteur soit secoué, contrôlé sans cesse, il faut que tout aliment utilisé puisse être validé par une facture d'achat : les "foires au vins" en France sont dévalisées par l'horeca belge, lors de la soirée accordée aux clients "privilégiés". Et j'en passe, achat d'autres produits aux Pays-bas, en France, il faut que les cadeaux offerts par une certaine marque d'eau, qui vise à assécher le débit de notre eau belge, rouge ou bleue, cesse. Devrons-nous en venir à la délation, allons-nous devoir en venir à donner la main à ces "inspecteurs" ?

Pendant ce temps, nous payons nos contributions, comme des prisonniers à mort, obligés de déposer la tête sur le morceau de bois qui recevra la hache et notre sang, obligés de payer avant le 31 décembre, afin que notre pauvre épargne ne puisse rester et rapporter de l'intérêt, jusqu'au premier janvier...

Nous vivons dans un pays de cocagne, rogné par tous ces mauvais payeurs, qui ne participent pas au bien commun. Il faut que cela cesse, j'espère que ce nouveau parti qui se dessine à l'horizon osera secouer les cocotiers....

 

26/06/2009

Que se passe-t'il dans notre petit pays ?

J'entends hier l'augmentaion du nombre de chômeurs en Belgique : 18.000 unités de plus en un mois.

Je le compare aux chiffres annoncés hier en France : 30.000 unités de plus en un mois.

Comment expliquer que la Belgique soit pénalisée à ce point ? A population comparable, nous assistons à une explosion chez nous, j'en veux pour preuve l'annonce des 800.000 chômeurs qui nous fait froid dans le dos....

Et nous devrions travailler jusqu'à l'âge de 67 ans ...

Cela ne tourne plus rond depuis longtemps dans notre pays, nous sommes plus occupés à penser à bloquer l'autre région plutôt que de travailler à l'avenir de notre pays : le résultat se fait connaître : nous coulons. Et notre premier ministre fait de son mieux pour tenir la barre, mais le bâteau prend l'eau.

Les régions, déjà largement endettées, ne peuvent venir à l'aide au Fédéral, au Nord du pays, le N.Va ne se cache pas pour dire "niets voor niets" : cela promet.

 

Les professeurs d'université auront beaucoup de travail cet été, afin d'expliquer et d'aider nos ministres, qui, nous devons l'admettre, ne sont que des pantins !

05/01/2009

Où l'on reparle de la tva à 6% sur les nouvelles constructions

Cela ne peut plus durer des jours, voilà le titre du Standaard de ce jour :

Le DG de la confédération flamande de la construction a des soucis : il est submergé de courriels et de coups de téléphone.

Pauvre de lui : en effet, en date du 1er janvier, les premiers 50.000€ seraient taxés à raison de 6% au lieu de 21%.

Patatras : le gouvernement est tombé, et l'A.R. n'est pas (encore) prêt. Mais le plus succulent suit : pourquoi tant de panique ? Parce que des magouilleurs (clients et entrepreneurs) ont décidé de remettre les paiements dûs au cours de 2008 au mois de janvier 2009, afin de profiter de la réduction. Le résultat est qu'il y a un problème de liquidités.....Et qui dit problème de liquidités......

De deux choses l'une : soit le secteur de la construction a des problèmes (demande des 6% accordé), et il ne lui est pas possible d'accepter d'attendre les paiements, soit le secteur se porte bien, et peut suspendre des rentrées.

A lire cet article, le secteur se porte bien, puisqu'il a consenti à attendre, et les 6% n'étaient pas nécessaires. Mais les promesses électorales sont là, et il faut faire plaisir à ses électeurs, n'est ce pas Monsieur le Ministre des Finances.

Allez, quand le bâtiment va, tout va! Ouf...