Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/12/2007

Le "Antifonarium Tsgrooten" mis en vente

Le célèbre manuscrit, réalisé aux environs de 1500 par Franciscus van Weert, risque de quitter notre pays : la famille de Mérode le propose aux institutions belges, dont la Bibliothèque royale à Bruxelles, pour 400.000 euros.

Le dossier d’achat serait entre les mains du ministre flamand de la Culture, Bert Anciaux.

En l’absence de réponse, le manuscrit sera probablement mis aux enchères par Christie’s.

Il semblerait que le célèbre manuscrit ait une valeur historique importante. Néanmoins, nous ne bougeons pas : que se passe-t-il donc ?  

Cela devient une habitude, l'Etat (et les régions), ayant déjà refusé le " Le célèbre manuscrit de Gruuthuse", écrit en moyen néerlandais, vendu en février dernier à la Bibliothèque royale de La Haye.

Honte à notre pays qui laisse "filer" des pans entiers de son histoire.

400.000 € ............

N'ayant pas à payer de Secrétaires d'Etat, et leur cabinet, durant trois mois, je pense qu'il devrait être possible de faire un effort.

Les livres anciens ne sont malheureusement pas  la tasse de thé des Belges, Bert Anciaux, par exemple, a tenté de lancer la chanteuse belge à l'Eurovision (si ma mémoire ne fait pas défaut, 25000 € ont été utilisés), il est vrai que cela est bien plus important!

Allons messieurs les politiques, faites un beau cadeau à la population, francophone, néerlandophone et germanophone, et à ses enfants.

Merci pour nous et pour eux,

FrdeFL 

Knokke,

Le 28 décembre 2007 

 

 

25/12/2007

Le discours du Roi

Le discours du Roi a pu être enregistré ce vendredi passé. Ouf!

Grâce à ce nouveau "gouvernement", Sa Majesté le Roi a pu parler de sa (notre) chère Patrie.

Néanmoins, un passage risque fort de faire du bruit, que dis-je, de faire du tort :

" "Dans notre histoire il y eut certainement des injustices collectives. Il importe de surmonter ces blessures et de tout faire pour favoriser l'entente afin de construire ensemble un avenir commun."

Les injustices collectives, il y en a eu, et surtout, à tous les niveaux de notre jeune démocratie :

ne risquons nous pas de voir s'éveiller, et surtout, de voir revendiquer toute une kyrielle d'individus, de mouvements, s'étant, ou se sentant exclus.

Pour commencer, pensons aux travailleurs, qui, j'en suis persuadé, peuvent se retrouver dans cette phrase ; pensons aux retraités, qui eux aussi peuvent s'y reconnaître.

Pensons à la Question Royale, n'a-t'elle pas vu une collectivité entière se sentant exclue ? N'en porte-t'elle plus les stigmates ?

Pensons à "l'impossibilité de régner" de Sa Majesté le Roi, je pense qu'une collectivité s'est sentie, et se sent encore baffouée.

Pensons à l'Enseignement, une partie de la collectivité se sent injustement traitée.

Pensons à la régionalisation du Royaume, ne pensez-vous pas qu'une partie de la collectivité s'est vue injustement traitée .

Pensons à ce "problème" linguistique, qui divise de plus en plus notre pays, plusieurs collectivités se sentant injustement traitées.

Suivant les périodes, certaines collectivités linguistiques se sont, et se sentent, injustement traitées.

Il faudra travailler, des membres de notre famille royale, aux plus simples de nos concitoyens....

Je doute, je doute, .........

 

Knokke,

Le 25 décembre 2007 

24/12/2007

Je suis écoeuré

"Le Christ serait-il né

mille fois à Bethléem,

s'il ne naît pas en toi,

c'est en vain qu'il est né"

                             Angelus Silesius  
 

 

Je suis écoeuré,

J'entends une émission, et le thème en est Noël.

Avant de poser la question de savoir en compagnie de qui les auditeurs vont se rassembler ce soir, et où, la question principale est la suivante : "Combien dépenserez-vous ce soir ?"

Quelle question odieuse, certainement en entendant la  moyenne "atteinte" par un ménage : plus de 500 €.

Vous m'en excuserez, mais cela me rend triste : la fête de Noël, qui commémore le moment où l'Enfant Jésus vit le jour, est réduite à une notion d'achat. Comment osons-nous, comment osons nous être "fier" de réduire cet événement à cette bassesse ? Dépenser pareille somme ? Cela représente plus de 20.000 francs belges ! Où allons-nous ?

Qu'est ce donc que ce peuple, qui dépense, parfois sans comprendre dans quelle difficulté cela pourra le mettre ?

Sommes-nous obligés de dépenser pour exister ?

La Fête de Noël, ne se résume-t-elle pas à un moment, Le moment où l'Enfant Dieu paraît, paraît pour nous, pour nous sauver.  Et voilà que nous réduisons ce moment en un pécher, pécher de gourmandise, pécher d'orgueuil : à qui le plus beau cadeau, à qui la table la mieux fournie ?

Et pendant ce temps, pendant ce temps, certains de nos concitoyens meurent, meurent de froid, meurent de faim, meurent de solitude, meurent seuls....Seuls, le mot est lancé, oui, pendant que nous fêtons, le voisin est peut-être seul, depuis quand ne l'avons-nous plus vu, depuis quand ne l'avons-nous plus abordé. Que fait-il ce soir ? Le savons-nous ? Pire, cela nous intéresse-t'il ? Où est le temps, le temps où, lors de la Fête de Noël, un couvert supplémentaire était dressé, au cas où...

Ce temps me semble éloigné, noyé dans cette société qui a placé, non Dieu au centre, mais l'Homme.

Profitons de ce beau moment qu'est la fête de Noël, pour nous poser des questions, sans avoir peur d'y répondre, sans avoir peur d'y songer. 

  Cette nuit, un petit homme naîtra, qui nous aimera. Suivons le, ce n'est pas simple, mais tentons de le suivre, de l'écouter.

 

Frdefl,

Le 24 décembre 2007,

Knokke 

 

 

 

 

16:25 Publié dans NOEL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noel, fete, dieu, jesus, homme, religion, argent